AG du club à Montrond-Le-Château (25) du 18 au 20 janvier 2013

cimg2147

Compte-rendu du we de l’AG à Montrond-le-Château (19-20 janvier 2013)

Arrivée échelonnée le vendredi soir, à commencer par la branche lyonnaise (étonnée d’arriver en premier), puis Pierrot, Sylvain Chapays et Jérôme qui ont fait une partie des courses. Après avoir fait chauffer le poêle, nous prenons des nouvelles autour de l’apéro. Comme la faim se fait sentir, nous poursuivons à table où s’élève une discussion animé sur les rations de riz, pâtes (80gr selon la municipalité et « Monsieur + », 100gr selon les manifestants), etc, conversation qui continuera en fil rouge sur tout le week-end.

Puis arrivent Bruno, Dominique et Benoît suivis d’Eric, Sylvain M. et de René-Paul. Nous serons au complet pour le soir avec Do et Danièle car Denis et Stéphanie sont prévus pour le lendemain.

Nous faisons la connaissance de Danièle et Sylvain M, nouveaux membres du club qui ont déjà fait quelques sorties cette année. Bienvenue à eux !

Samedi 19 janvier

Groupe des SCF (sans cavité fixe) : Benoît, Cécile, Delphine, Eric, Régis

Lorsque nous faisons les groupes le samedi matin, trois cavités sont en lice : Baume des Crêtes (sur proposition de Pierrot), gouffre Pouet-Pouet (proposition de Cécile qui en a eu de bons échos), Biefs Boussets (alternative proposée par le Do).

Nous sommes partants pour le Pouet-Pouet, cavité découverte il y a environ 7 ans. Mais en regardant mieux la topo, nous voyons qu’il s’agit d’une enfilade de puits (entrecoupés d’étroitures) jusqu’à -120. Vu le profil de l’équipe, les étroitures, ne posent pas trop problème, mais nous trouvons moins convivial d’être autant sur corde, sans compter l’attente que cela supposera. Nous optons donc pour le Gros Gadeau et préparons les kits en conséquence.

Ca, c’était avant de croiser Emmanuel du club des Monts d’Or qui entraîne des jeunes dans la grange et qui nous déconseille le Gros Gadeau. En effet, on annonce un redoux accompagné de pluie et il n’a pas très envie d’être appelé pour un secours (Pfff, ah, ces Doubistes !). Devant notre déception, il nous propose les Essarlottes, autre cavité que nous ne connaissons pas, avec une rivière souterraine et une galerie fossile concrétionnée. Le nouvel employé à temps partiel du Gîte de Montrond va nous chercher l’Inventaire spéléologique n°3 du Doubs dans lequel se trouve la topo. Emmanuel nous explique l’accès une première fois, puis une 2e (car nous avons déjà oublié), avec l’aide d’un collègue – schéma à l’appui – mais en nous faisant arriver par un autre endroit la seconde fois.

Nous refaisons les kits et partons enfin (il est plus de11h). Nous passons devant le groupe de Do aux Biefs et allons jusqu’à Gévresin. Là, nous cherchons un chemin qui part de la combe et monte doucement dans la sapinière, puis, une patte d’oie. Après une première entrée dans le village, nous ressortons, faisons demi-tour pour y entrer de nouveau… par un autre accès et empruntons un chemin ressemblant au descriptif. Régis teste ses pneus neige et s’essaie au rallye. Nous descendons ensuite pour prospecter. Mais il y a plusieurs pattes d’oies, des sapins de partout et pas de gouffre en vue ! Après avoir cherché une bonne demi-heure, nous redescendons pour emprunter un autre chemin… Difficile de suivre un descriptif si on n’est pas sûrs du point de départ… ! Re-conduite sur neige, etc., nombreux croisements mais rien de flagrant. Heureusement, nous savons que nous avons des amis dans le coin. Nous redescendons donc et nous rabattons sur Baume des Crêtes. C’est donc notre 4e essai !

Il est 14h20 quand nous commençons à descendre. Cécile équipe en double par la droite, au cas où pour ne pas retarder la première équipe. Cela aura aussi l’avantage de shunter la vire qui n’est pas toujours aisée. Nous mangeons à la Salle du Réveillon où les garçons on dressé la table. Bon moment de convivialité où nous mangeons la salade de riz préparée le matin (merci aux cuisiniers et cuisinières), et partageons les Pom’potes, et un lion en 5 grâce la lame acérée et proprement essuyée de l’Opinel de Benoît !

Puis le rebaptisé Brenoît (dont le nom a une certaine assonance avec Bru-Bru) trouve le passage entre les blocs conduisant à la suite. Nous trouvons la corde mise en place par l’autre équipe que nous croisons au niveau du R5. Ils sont un peu boueux et mouillés. Ils nous donnent quelques indications et nous laissent leur dernier kit pour équiper la suite. Nous enchaînons sans trop de difficulté sur le P15 qui nous mène à l’actif avec une belle douche et une jolie arrivée d’eau en amont. Nous continuons vers l’aval comme indiqué par Pierrot. Nous butons sur un joli ressaut hélicoïdal et bien arrosé mais Eric nous indique un autre passage qui mène à une salle. Au pied de celle-ci un boyau conduit au R5 qui sera équipé par Benoît, lequel se fait éclabousser. Nous le descendons tous. Ce n’est qu’en bas que nous apercevons les broches hors-crue que nous avions cherché en vain. Benoît et Delphine jettent un coup d’œil pour la suite mais nous décidons de faire demi-tour car il est 17h30 ! C’est officiel : nous avons raté le début de la projection de Skyfall à Montrond-le-Château. Snif !

Régis se propose pour déséquiper et le retour se passe sans difficulté pour tout le monde – mis à part un nœud un peu récalcitrant.

Au P15, Eric et Cécile se font la réflexion que le débit a augmenté, impression qui sera confirmée tout au long de la remontée et particulièrement dans le puits d’entrée qui est maintenant un peu plus arrosé. Quand nous ressortons, il pleut et une partie de la neige à fondu. Nous sommes à la limite pluie -neige et le vent froid nous fait rapidement nous engouffrer dans le traffic. Au retour, celui-ci montrera quelques signes de faiblesse.

Nous rentrons à 21h, bons derniers mais personne ne nous jette la pierre. Au programme, Mont d’Or rapportés par Denis, Steph et Laurent, charcuterie et AG.

Do, notre Président, nous fera entre autres un petit rappel humoristique sur les statuts et valeurs du club, en insistant sur les aspects culturels et intellectuels tandis Denis nous présentera en détail les explorations concernant la perte de la Fensch depuis les années 80’. Sans oublier les traditionnels comptes et budgets de Bruno. Nous finissons sur les coups de 2h du matin.

Dimanche 20 janvier

Le lendemain, lever vers 9h. La fatigue se fait sentir mais d’un autre côté, il y a l’envie de faire un peu de spéléo. René-Paul propose alors de faire un petit tour à la Baume du Mont, ancienne cavité aménagée où l’on peut voir la signature du peintre Gustave Courbet. Benoît, Bruno, Cécile, Delphine, Régis, René-Paul ainsi que les deux Sylvain montent dans les voitures guidées par Benoît, le nouvel expert en carte qui nous mènera sans hésitation à destination. Puis il s’agit d’endosser avec plus ou moins de plaisir les combis, chaussons et bottes plus ou moins humides.

Nous descendons l’échelle en place suivie d’un escalier. La cavité, concrétionnée, est très glissante (sûrement en raison du passage). Nous observons les styles d’écriture ancienne, déplorons les marquages à la peinture moins esthétiques, faisons une pause devant les sculptures de glaise et cherchons les plus anciennes inscriptions (1823 mais il paraît qu’il y en a une de 1674). Puis nous arrivons au fond de la cavité où Bruno repère la fameuse signature. Il observera même une vache dans le relief de la paroi, dont le 7 final de 1767 dessine les cornes et la tête. Ce n’est pas volontaire, mais ce serait un exemple d’utilisation du relief, digne de peintures préhistoriques. Notons que nous avons essayé de mettre à l’honneur le côté « culturel » dont Do avait parlé la veille, non sans quelques digressions habituelles aux spéléos.

Cela se finit par une belle bataille de boules de neige où Benoît perdra finalement son immunité photographique et où les 2 Sylvains se distingueront, l’un par son lancer lointain et précis, l’autre par sa maîtrise du « Tu tires ou tu pointes ? ». Le filles ne sont pas non plus trop mauvaises pour le tir à 1m.

Lorsque nous arrivons au gîte, tout le matériel a été nettoyé. Quelle efficacité ! Un grand merci à tous ceux qui se sont activés ! Nous mangeons et c’est le rangement et nettoyage du gîte pour un départ vers 15h30.

[Not a valid template]