Initiation à Savonnières en Perthois – 19 août 2018

Profitant d’un week end dans les carrières de Savonnières en Perthois, le SCM organise une journée d’initiation dans les trois grands gouffres.
10 débutants, ainsi que 5 membres du club seront sous terre sur le week-end.

Nous nous donnons rendez vous le samedi matin de bonne heure, Max, Nathan, Alexandre (un futur membre) et moi, Sylvain, à Metz pour partir à Savonnières, lourdement équipés de tout le nécessaire pour équiper les grandes cavités, et passer la nuit à notre refuge sous terrain. Nous arrivons deux heures plus tard à l’entrée de la gare, et nous rencontrons plusieurs groupes, de Paris, et de Meuse. Après une petite discussion sur les projets de chacun, nous décidons d’installer tranquillement notre campement et de commencer l’équipement après le repas.
Après avoir regonflé les pneus du vélo, et préparé le SavonnièresMobile (touctouc pour les intimes), nous nous engouffrons dans les profondeurs du village. C’est l’occasion pour moi de tester mon nouvel éclairage, qui, il faut bien l’avouer, surpasse nettement mes anciens.
Une fois le refuge installé et le repas pris, Max et moi nous rendons à la sonnette, afin d’équiper les deux entrées. Nous y croisons les membres de l’ASHM, avec lesquels nous nous rendons de petits services de navettes (passages de kits, de mousquetons…) le temps que les équipes se croisent. Nous les remercions encore de nous avoir laissé utiliser leur corde pour remonter à deux le P30, ce qui nous aura permis de gagner un temps précieux sur la suite de l’après midi.

De retour au refuge, nous préparons le matériel pour équiper la Besace et l’Avenir. Max va à la Besace avec Alexandre, et y croise Fabien de Paris, avec quelques un de son groupe. Nathan et moi nous rendons à l’Avenir où nous croisons à nouveau deux autres parisiens qui nous laissent gentillement passer au niveau de l’hélice, que j’équipe en hors crue, n’ayant plus de dyneema pour profiter des perçages.

Sur le retour, nous aidons les parisiens à retrouver un chemin sûr vers la surface. Au refuge, nous constatons que Max n’est pas encore revenu de la Besace, nous descendons rapidement pour lui fournir le matériel manquant, et équiper la deuxième entrée avec la corde restante. Vient le temps de nous changer, et d’aller chercher le groupe de filles arrivant dans la soirée. Nous sommes donc rejoints par Morgane, ainsi que de Claire et de Camille, nos invitées.

Après notre traditionnelle fondue, nous faisons un petit tour digestif dans la carrière, avant d’installer les couchages.

Le lendemain, je prend le vélo pour aller accueillir Adrien et sa bande de l’association Motris, à qui nous allons faire découvrir l’activité. Je pars tellement vite que j’en oublie de prendre quelques casques.. Heureusement l’éclairage est suffisant pour tout le monde le temps d’arriver au refuge.

Une fois les présentations faites, et tout le monde équipés, nous faisons deux groupes en fonction des envies de chacun. Un groupe va donc à la Besace, encadré par Max et Morgane, un autre à l’Avenir, avec Adrien et moi. Nathan s’occupera de l’avenir, pour sa première grotte à déséquiper. Nous arrivons au refuge quasiment en même temps à nouveau, et nous rendons compte qu’une deuxième grotte n’est pas vraiment envisageable pour nos débutants.

Le groupe du dimanche repart donc après une petite pause au refuge. Max et Morgane partent déséquiper la sonnette, Camille et moi allons déséquiper la besace, et les autres commencent à ranger le refuge pour notre retour. Encore une fois au retour, timing parfait, nous nous retrouvons au croisement pour revenir au refuge.

Un dernier effort pour remonter les affaires à la surface, puis il est temps de rentrer.

Tout le monde semble ravi du séjour, nous espérons vous retrouver prochainement là dessous!

Sylvain